Sur la fiabilité des « versions officielles »

Il est coutume de considérer la source officielle comme fiable. Cette considération part du principe que celui qui dispose d’une vision d’ensemble de tous les éléments, qui dispose des compétences qu’il peut utiliser de la façon la plus efficace possible, c’est l’État. Dans un crash d’avion, un scandale financier, une guerre, un attentat, on se tourne naturellement vers un organisme institutionnel pour obtenir l’information la plus fiable possible.

Mais que se passe-t-il quand les intérêts de l’émetteur de l’information rencontre un conflit d’intérêt, que se passe-t-il quand la version officielle est un mensonge ?

Christophe Castaner a menti de très nombreuses fois sur les violences policières

Dans la nuit du 27 au 28 mars 2019, Ange Dibenesha, un habitant du Raincy de 31 ans, est arrêté lors d’un contrôle routier pour un taux d’alcoolémie positif. 72h après, il meurt à la Salpêtrière. Après que sa mère eut posté une vidéo posant des questions, et mettant en lumière le silence de la police, l’affaire devient virale. Des personnalités relaient l’information sur les réseaux sociaux, la presse s’en fait l’écho. Le dimanche, juste après son décès, une version officielle est livrée, et dresse un portrait à charge, c’est à dire, celui d’un toxicomane qui aurait plusieurs identités, qui aurait avalé une substance inconnue devant les policiers. Le 5 avril, les dernières analyses démontrent qu’il a avalé 25g de cocaïne devant l’équipage chargé de le garder en attendant un véhicule pour le placer en dégrisement.

Ange Dibenesha

De nombreuses questions subsistent dans cette affaire, dans la façon de traiter ce cas. Peut être que la préfecture livre un récit qui colle à la réalité, mais nombreux sont ceux chez qui le doute s’est installé. S’agit-il de complotisme ? Peut-on raisonnablement douter de la version officielle ?

Ça ne serait pas la première fois que l’État ment.

Yves Jannier est le procureur de Pontoise. Celui qui a été saisi au moment de la mort d’Adama Traoré. On sait qu’il a menti. Sciemment. Et à plusieurs reprises, pour couvrir les gendarmes.

Collectif qui demande la vérité et la justice pour Adama Traoré

A Sivens, Rémi Fraisse est tué par une grenade lancée par des gendarmes. L’enquête a démontré un grand nombre de mensonges, par omission, ou non, de toute la chaine hiérarchique, allant des gendarmes sur place jusqu’à Bernard Cazeneuve, alors ministre de l’intérieur, du parquet d’Albi jusqu’à Christiane Taubira.

Le mouvement des gilets jaunes a donné lieu, pendant trois mois, à de nombreuses violences policières, dont plusieurs ont été documenté. Zyneb Redouane est une femme de 80 ans qui, voyant l’émeute se dérouler dans son quartier, choisit de fermer ses volets. Elle est touchée à la tête par un palet de lacrymogène, et décédera des suites de l’opération 24h plus tard. La version officielle est que son décès est dû à son âge, et à des complications d’ordres médicales, occultant par la même la raison qui l’a envoyé en chirurgie.

Le collectif Adama demande également la vérité pour Zineb

Genevière Legay est une militante des gilets jaunes. Le 23 mars, à Nice, elle est prise dans une charge de la police, est poussée violemment et chute au sol. Hospitalisée, elle est tenue sous la garde d’un service de sécurité privé mandaté par le préfet pour tenir à l’écart les journalistes. La version officielle, donnée le jour même par Christophe Castaner, dédouane les policiers, ce que l’enquête viendra contredire quelques jours plus tard.

Joèl Mathurin, préfet à Besançon, s’est empressé de livrer une version à charge contre un gilet jaune frappé à la tête le 30 mars, alors même que plusieurs documents vidéos montrent que le geste du policier est purement gratuit et contraire à toutes les pratiques autorisées.

Le jeune frappé sans raison secouru par les street médics

Un autre aspect de cette façon de communiquer est de laisser filtrer en off des informations à charge, via les syndicats policiers. Il ne s’agit pas ici d’une version officielle, mais quand ces informations viennent protéger l’institution quand celle-ci est mise en cause, elles remplissent le même rôle. La « source policière » bénéficie du même crédit que la source officielle.

A ce titre, Théo Luhaka, jeune aulnaysien dont les violences subies ont été filmées, s’est vu infliger des pressions de toute part. Des informations en off sur lui et sa famille, ont été dévoilées durant tout le long du temps médiatique de l’affaire.

Plus récemment, un membre du collectif Désarmons-les, interpellé parce qu’il détenait des munitions vides, afin d’illustrer une conférence sur les usages policiers, a vu son casier judiciaire transmis en off à des journalistes.

Une stratégie dangereuse

Les mensonges d’Etat ne sont pas une nouveauté. Le pouvoir a toujours utilisé certaines méthodes douteuses pour protéger ses intérêts. Ce qui a changé, c’est qu’à l’ère des réseaux sociaux, de la multitude de caméras, de la démocratisation des moyens de communication, la communication de crise se doit d’être rapide et spectaculaire. Cette pratique moderne doit donc justifier l’injustifiable, excuser l’inexcusable, prendre la défense de ses affidés, et éventuellement faire sauter le bon fusible au bon moment pour éviter le seul vrai drame craint par le pouvoir, le procès en légitimité.

La communication de crise repose donc sur différentes méthodes : le mensonge, le mensonge par omission, la mauvaise foi, et la communication en off. Dans un contexte social tendu, le président lui-même appuie une version mensongère à propos de Geneviève Legay, tout en couvrant Benalla, Emelien et d’autres de ses proches. Dans le même temps, il ira jusqu’à déclarer qu’on ne peut pas parler de violences policières dans un Etat de droit, donnant une cohérence aux versions que nous livrent le pouvoir ces derniers mois.

Benalla escortant le Président

Si on connait les objectifs et les outils du pouvoir, tout ça ne serait pas possible sans la participation active d’une partie des médias, celle qui n’accorde du crédit qu’à la version officielle, peu importe si celle ci n’est pas crédible un instant. De la part de ces journalistes, le soutien est inconditionnel. Cette pratique est d’autant plus visible que les impératifs d’un journal qui publie en ligne imposent une publication rapide de dépêches quasi brutes.

Ce système repose également sur la complicité d’autres institutions, et services de l’État. La justice, qui côtoie la police et qui entretient une relation particulière avec. Dans le cas de Geneviève Legay, la question de la duplicité de la direction de l’hôpital est une question qui semble légitime. Dans d’autres cas, un recteur, un directeur de lycée, un élu…

Geneviève Legay aux pieds des policiers

On peut donc légitimement se poser de sérieuses questions sur les versions officielles, en particulier dans les cas où la police est mise en cause. Quand la police tue ou mutile, ou « seulement » ne respecte pas ses propres procédures, les droits d’un mis en cause et la déontologie, remettre en question l’ordre établit n’est pas du conspirationnisme. Se prémunir contre la tentation du complot, tout comme celle de céder sa confiance aveuglement à l’Etat, impose de connaître les circuits de fabrication de l’information.

Pour toutes ces raisons, je ne crois pas les versions officielles.

Article proposé par Pavel

Une réflexion au sujet de « Sur la fiabilité des « versions officielles » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *