France Insoumise : réveille-toi !

Tout d’abord, je n’ai pas voté. Oui je vous jure ça arrive à des gens très bien.
J’ai une position abstentionniste depuis près de 5 ans tandis qu’auparavant je votais systématiquement blanc.

Qu’on soit clair·e·s, je considère que nous ne vivons pas dans un Etat démocratique, mais dans un régime représentatif social-libéral. Ça veut dire quoi ? Bah qu’on (nous = les gens) ne possède pas le pouvoir. Les seuls moment où nous pouvons disposer d’un pouvoir (institutionnellement) c’est lorsqu’il s’agit de le déléguer à quelqu’un·e de plus compétent·e.

Si la notion de démocratie vous intéresse, je vous conseille d’ailleurs l’œuvre de Francis Dupuis-Déri, un militant anarchiste mais aussi sociologue et politologue qui raconte l’histoire du mot démocratie et de la manière dont on a fait de la peur que les classes dirigeantes avaient du peuple un système qui les prive de toute autonomie politique.

Bref, des critiques de la « démocratie » représentative, y en a partout, des plus anarchistes aux plus confuses. Et même dans des partis comme la France Insoumise, l’idée a fait un bout de chemin et a mené à la proposition de nouvelle constitution, de 6ème république plus démocratique etc.

J’ajoute enfin que, en tant qu’anarchiste, j’ai une position nuancée (certain·e·s diront « ambigüe ») à propos de l’abstention :

Perso, l’intérêt que je vois à voter, ça serait stratégiquement de voter pour le candidat éligible le plus à gauche (en l’occurrence la France Insoumise, les autres partis comme le PCF, LO ou le NPA n’ayant aucune chance de gagner une présidentielle) pour déplacer le centre politique du pays vers la gauche. En estimant qu’il vaut mieux se battre contre Mélenchon que contre Macron, Hamon ou Le Pen. 

C’est un point de vue à court terme mais qui prend en compte l’urgence de la situation de certaines personnes (les migrant·e·s, les précaires, les TDS, les handicapé·e·s, etc.) qui s’en trouverait sans doute améliorée par rapport à un gouvernement néo-libéral comme celui qu’on se tape en ce moment.

L’intérêt que je vois à ne pas voter c’est tenir une posture symbolique résolument révolutionnaire qui ne considère pas la démocratie représentative comme suffisante (voir comme démocratique), l’idée étant de valoriser d’autres formes d’actions militantes et d’autres modèles politiques (la grève, l’éducation populaire, l’insurrection, le sabotage, etc.)

Ça permet, dans les moments d’élections, de faire entendre notre non-participation (perso je militerais même pour du sabotage électoral mais c’est pas le sujet) au système électif.

Du coup j’ai tendance à considérer qu’on peut allier ces deux positionnements : tenir publiquement la posture symbolique de l’abstention, du boycott des élections, tout en ne condamnant aucunement les personnes qui mettent en œuvre la stratégie de vote à gauche.

Voilà donc : « votant·e·s, je ne vous hais point ».

Par contre, là, on vient d’avoir les résultats des élections européennes et la France Insoumise s’est pris une peignée monumentale (genre pour faire le même score que les morts-vivants du PS, faut être tombée bien bas).

La France Insoumise hier soir

Donc bon, France Insoumise, je m’adresse à toi, t’auras compris que si un jour je vote pour toi, c’est pas parce que tu me proposes un patron sympa qui m’exploitera éthiquement, des jardins partagés dans les banlieues dortoirs ou une école républicaine façon vieille France. Si je vote un jour pour toi, c’est parce que j’aurais décidé de choisir mon ennemi gouvernemental.

Sauf que vous êtes loin du compte, vous avec clairement échoué à rassembler la gauche. Vous voulez savoir pourquoi ? Allez je vais vous dire un secret : c’est parce que vous assumez pas votre ligne de gauche. Vous avez tout misé sur la patriotisme, les drapeaux français pendant les meetings, les discours sécuritaires et populistes, et où ça vous a mené ? à être une passerelle vers le RN.

Elle est gentille Manon Aubry quand elle nous dit que c’est dangereux de rapprocher la FI du RN, mais vous avez pas besoin de nous pour ça. Votre ligne qui se résume à faire des appels incantatoire au « peuple de France », faire taire les initiatives trop décoloniales ou trop féministes de vos député·e·s ou militant·e·s, refuser les alliances tout en cherchant l’hégémonie électorale, tout ça vous plombe, plombe la gauche, plombe tout le monde.

Vous êtes les fossoyeurs des espoirs de pas mal de gens et va falloir vous en rendre compte si vous voulez gagner un jour. En attendant ne vous étonnez pas si personne à gauche vous prend au sérieux. Si on vous perçoit comme un parti sectaire, qui fait semblant d’être horizontal mais qui est complètement et inconditionnellement sous l’égide de la figure du grand patriarche : Mélenchon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *